Nous souhaitons travailler sur des lignes claires. Nous souhaitons construire un horizon commun positif. Nous souhaitons fédérer à partir d’un imaginaire collectif puissant qui est capable de projeter l’idéal de société juste comme objectif.

Nous proposons les quatre lignes directrices ci-dessus. A l’intérieur de ce cadre, de manière non exhaustive, nous prônons la lutte contre l’accumulation illimité, la suppression de la propriété lucrative, la prise en compte d’une hypothèse d’un effondrement économique et social, la maîtrise des biens communs et des services publics, le contrôle des médias par les citoyens, la lutte contre les inégalités, la sobriété énergétique, l’accès au logement digne, le féminisme, le processus constituant, la laïcité, la sécurité et la tranquillité pour toutes et tous. Leur entrecroisement propose une synthèse claire pouvant être la base d’un large mouvement.

La réappropriation des choix politiques par les citoyens et les citoyennes ne peut commencer qu’à un échelon local. Aux différents échelons territoriaux (commune, département, région), nous appelons donc toutes les bonnes volontés et les énergies à fonder des structures locales démocratiques territoriales, qui se reconnaîtront par la mise en avant des valeurs communes explorées ci-dessus.

La DÉMOCRATIE ne peut exister que s’il y a véritablement prise en compte des avis des adhérents. Pour que cette prise en compte soit possible, nous ne voyons pas d’autres solutions que de mettre en place des structures locales qui se fédèrent dans une structure départementale ou régionale, puis dans une structure nationale avec des votes systématiques à chaque niveau de structure. La relocalisation des outils politiques militants nous semblent tout à fait appropriés à l’heure de la relocalisation de la production.

Alimentation, énergie, industrie : la transformation rapide des modes de production écologiquement et socialement durables doit être accompagnée de structures politiques à l’échelle locale.

Un horizon mûrement réfléchi

Le groupe “Métropole insoumise, résiliente et solidaire” se forge autour d’un programme politique national et international : “l’Avenir en Commun”. Ce programme, co-écrit par des militant·e·s politiques, associatifs ou syndicaux et par des citoyen·ne·s, incarne une philosophie : Atteindre l’harmonie entre les êtres humains et avec l’environnement qui permet leur existence.

Descendant naturel du programme “l’Humain d’abord” du Front de Gauche en 2012, “l’Avenir en Commun” (LAEC), publié une première fois en 2016 puis réactualisé constamment jusqu’à sa nouvelle publication en novembre 2020, est incessamment enrichi des connaissances et des contributions de celles et ceux qui souhaitent y prendre part. Des “Cahiers de l’Avenir en Commun” sont régulièrement publiés aux éditions du Seuil pour approfondir la réflexion sur ce nouvel horizon politique proposé à nos concitoyen·ne·s.

Ce programme n’est pas qu’une liste de mesures vides de sens, un inventaire à la Prévert de promesses électorales. Il correspond à un tournant radical, à une bifurcation écologique et sociale nécessaire après des décennies de maltraitance des sociétés humaines et de la nature toute entière par un capitalisme prédateur et déchaîné. Il rompt avec un dogme néolibéral éculé et place le développement humain, en harmonie avec tout ce qui l’entoure, au cœur du projet politique. Son apport au débat public français est indéniable, et “l’Avenir en Commun” a été unanimement salué par la plupart des ONG œuvrant sur les questions de droits humains, de libertés publiques, de santé ou d’environnement.

Livrets Thématiques​

livrets thématiques de l'Avenir en communLe programme "l'Avenir en Commun" s'appuie sur la contribution permanente de groupes de travail (appelés aussi des "Livrets Thématiques" ) qui tentent d'en approfondir chaque aspect.

Groupes de travail

Rejoignez l'un de nos groupes de travail et participez à la réflexion sur des thématiques qui vous tiennent à cœur !

Des applications métropolitaines évidentes

Ce programme étant le moteur de notre action politique, il est pour nous évident que sa déclinaison métropolitaine doit être une priorité. Il est pour nous la garantie d’un développement métropolitain équilibré, au service de tou·te·s et dans le respect de l’environnement qui accueille nos vies. Nous en retenons l’importance de l’implication citoyenne dans les processus de décision, l’exigence de justice sociale et environnementale dans nos actions, et l’importance de nommer les abus et les situations de domination, puis d’y mettre un terme.

Nous avons donc décliné 12 priorités métropolitaines directement inspirées de “l’Avenir en Commun”, et qui guideront (sans s’y limiter) notre action politique lors de ce mandat au Conseil de la Métropole de Lyon. Nous animons également plusieurs groupes de travail avec les citoyen·ne·s désirant s’impliquer dans l’élaboration des politiques publiques, dans la droite ligne des principes défendus par “l’Avenir en Commun”.